POP 2019-2020 Season Preview: Eat Breakfast and Hit the Gym, Sekou

Photo: Mike Lawrie | Getty Images

On May 18, 2019, just over a month before the NBA Draft, a 47° sunrise stretched over the Palais des Sports de Beaublanc in Limoges, France. The venue is home to Limoges CSP, a French LNB Pro A league basketball team. As dawn brought morning in the city, Sekou Doumbouya, the team’s 18-year-old phenom, woke up. Later that evening, inside the Palais, Doumbouya woke up again.

Doumbouya had been on the radar of NBA scouts since leading France (along with Frank Ntilikina) to the 2016 FIBA U18 gold medal while showing shades of dominance at the ripe age of fifteen. After two seasons with Poitiers Basket 86 of the LNB Pro B league, Doumbouya signed with Limoges CSP. In France’s top league, he would play against grown men to prepare for his nearly imminent NBA career. Although his draft standing was secure, through 27 games with Limoges, Doumbouya had underwhelmed to a degree. His highest single-game scoring output was only 14 points while his best single-game rebounding effort stood at just 6. There had been flashes of his NBA ability, but he hadn’t put it all together in one game. 

Then, on May 18, against Boulogne-Levallois, Doumbouya woke up. Inside the sold-out 6,500-seat arena, he dropped 34 points and secured nine rebounds while adding an assist, a steal, and a block. Doumbouya dazzled, leading fast breaks like a gazelle streaking across the Serengeti, finishing around the rim with a velvet touch, providing wasp-like irritation on defense and connecting on five three-point attempts.

Following that performance, nearly every draft expert (most had Doumbouya graded in the 10-20 range) quickly vaulted him to high-lottery status, while many mock drafts had him off the board by the tenth pick. However, Doumbouya slipped to the Detroit Pistons with the 15th pick in the NBA draft on June 20. 

After appearing in just one summer league game for Detroit, Doumbouya only received garbage-time minutes in the preseason, which began October 7 and spanned five games, concluding last night in Charlotte. 

On May 18, Sekou Doumbouya woke up.

On June 20, his alarm went off. 

On October 7, Detroit opened the door and told him breakfast was ready.

There is now less than one week until regular season NBA basketball games tip-off, and Doumbouya is in the home stretch of preparing for his first NBA season.

On October 23, Doumbouya will get up, eat breakfast, and hit the gym.

Photo: Mike Lawrie | Getty Images

Eat Breakfast & Hit the Gym

The expectation and goal for Sekou Doumbouya, as with all rookies, is to grow. According to WebMD, children and teens must exercise and receive numerous daily nutrients as part of their breakfast in order to promote growth. Doumbouya will be structuring the morning meal of his NBA career around five of those nutrients: fiber, iron, and vitamins A, B, and D.

Vitamin A: Acclimation

The primary theme of Sekou Doumbouya’s rookie campaign will be getting him acclimated. In every sense of the word. Acclimated to America. Acclimated to the NBA. Acclimated to Dwane Casey’s system. There is plenty to be done.

Primarily, Doumbouya needs to get acclimated to his new life. There must be some part of the 18-year-old who is overwhelmed with having been whisked away to a new city in a new country. To bond with new teammates, and learn a new language so that he can perform well at his new job. Everything in his life must feel so new

Vienne River in Limoges, France

Ed Stefanski, Dwane Casey, and Co. are aware that Doumbouya is trying to acquaint himself. That’s why he is expected to be handled very delicately as the season gets underway. Doumbouya needs to adjust to the size and speed of the NBA game while simultaneously adapting to life in a new country and his role within the Pistons scheme. 

Given the direction of the team, Doumbouya will not be receiving any meaningful playing time this season. There isn’t enough clock to go around for the 18-year-old to earn minutes on an NBA roster that will be exhausting its options to play beyond April.

Many national pundits have posited that Doumbouya will spend the majority of the season in Grand Rapids playing for the G-League Drive. However, it’s entirely likely Doumbouya will split his time between taking the court with the Drive and suiting up with the pro club in Detroit. There is a desire within the organization to help ingratiate him into the NBA lifestyle, develop a rapport with his teammates, and above all else, acclimate.

Vitamin B: Ball-handling

When observing the highlights of Doumbouya’s breakout game in France, the biggest detractor from all of the positives presented on the court was sorely obvious: his ball-handling.

Due his long frame and Herculean gait, Doumbouya has a tendency to allow his dribble to escape his body, resulting in him losing control of his drive and playing Yo-Yo with the ball. Against international competition, he managed to retain possession from time to time. It is no secret, however, that a loose handle is going to get (and has been a few times) torn up against NBA competition.

Doumbouya will be devoting a lot of attention to hand-eye coordination drills, dribbling, and studying film in order to help him better operate with the ball in game situations.

As the year progresses, Doumbouya will be working to shorten the leash on his new friend, Spalding.

Vitamin D: Defense

When scouts initially put together the puzzle that was Doumbouya’s Draft profile, the infatuation elicited from his extended frame and springboard athleticism. NBA Prognosticators cited these two factors when opining about Doumbouya’s potential as a defender. Through four preseason games, although the physical gifts are there, it’s clear that Doumbouya needs time to progress. 

When observing Doumbouya on the court, two things become quickly evident: he is very young and he is very new to his surroundings; where in France he looked like a gazelle roaming the Serengeti, in Detroit he has more resembled a fawn at a fireworks show.

The 2019-20 season will come with a focus on studying the schematics and spacing of the NBA and curating high-level defensive instincts. If Doumbouya can comprehend and retain defensive concepts while executing in the games he appears in, his playing time could stand to increase as the year proceeds. 

Fiber: Develop a Consistent Jumper

The ideal fiber in an NBA diet is nylon, and Doumbouya will be spending his debut season working on getting as much fiber as he can. 

One breakthrough from Doumbouya’s coming-out party on May 18 was his range, sinking five three-pointers. Doumbouya’s draft profile was full of high marks and lauded his physique, but he had yet to wow any scouts with his shooting, beyond possessing solid shooting mechanics. With his performance, Doumbouya offered substance to the idea that he could develop a reliable shot. He further burgeoned outside belief in his shot when sunk 16 consecutive three-pointers at a pre-draft workout in Dallas. His shot still needs significant tweaking, but it is further along than initially anticipated. 

Player development coaches DJ Bakker and Jordan Brink, who spent time with Doumbouya in France over summer, will be nurturing the development of his shot all season.

Developing a jump shot is of paramount importance, considering Doumbouya’s measurements in concert with his athleticism. At 6’9″ with a 6’11” wingspan, he must be able to sink the deep ball and stretch the floor in today’s NBA. 

Iron: Finishing Around the Rim

Lastly, Doumbouya will need his fair share of iron. Typically, iron is not what NBA players want to get. In this instance, though, Doumbouya will use this season to get comfortable around the iron. 

There is overwhelming evidence, both on paper and on film, that suggests Doumbouya has a high potential to play above the rim. With that power comes great responsibility. 

There are plenty of high-flying, uber-athletic basketball players in the NBA. There are not many high-flying, uber-athletic basketball players in the NBA that can fight through congestion around the rim and consistently put the ball in the basket. The ones who can get the keys to the offense. 

Doumbouya has shown that he has soft hands and a propensity for creative finishes. To do it at this level, he will have to spend a lot of time putting in work behind closed doors (it has been paying dividends for Bruce Brown).

This season more than any, Doumbouya will have ample time to develop a comfort level around the iron and hone his natural athleticism and touch. 

Expectations

Photo: Twitter | @DetroitPistons

Sekou Doumbouya will not get the opportunity to contribute any significant or meaningful minutes this season. If he does, things will have gone very wrong for the Pistons, a team with aspirations of home-court advantage in the first round of the playoffs. 

The expectation is that Doumbouya sticks with the Drive for the better part of the season while joining the Pistons during certain stretches, utilizing that experience to grow accustomed to NBA travel, his teammates, and America in general.

Doumbouya certainly won’t see the floor in most games, and the games he does check into are not likely to be competitive. 

Whether or not Fox Sports Detroit broadcasts a glimpse of his otherworldly potential in a game this season, the lion’s share of Doumbouya’s growth will not be happening in front of a camera this year.

FEATURED IMAGE: Instagram | sekou_doumbouya_

FRENCH TRANSLATION | traduction française

Sekou Doumbouya aperçu de la saison: prendre le petit déjeuner et aller au gym

Le 18 mai 2019, un peu plus d’un mois avant le repêchage de la NBA, un lever de soleil de 47 ° s’étendait sur le palais des sports de Beaublanc à Limoges, en France. Limoges CSP, une équipe française de basketball de la LNB Pro A, se trouve sur le site. À l’aube, dans la ville, Sekou Doumbouya, le phénomène de l’équipe âgée de 18 ans, s’est réveillé. Plus tard dans la soirée, à l’intérieur du Palais, Doumbouya se réveilla à nouveau.

Doumbouya faisait partie des cibles des éclaireurs de la NBA depuis que la France (avec Frank Ntilikina) a remporté la médaille d’or 2016 de la FIBA U18, tout en montrant une dominance à l’âge de quinze ans. Après deux saisons avec Poitiers Basket 86 de la ligue LNB Pro B, Doumbouya a signé avec Limoges CSP. Dans la meilleure ligue française, il affronterait des hommes adultes pour se préparer à sa carrière imminente dans la NBA. Même si son dossier était stable, en 27 matches avec Limoges, Doumbouya avait été déçu. Son plus grand nombre de buts marqués en un match n’était que de 14 points, alors que son meilleur effort pour rebondir en un match n’était que de 6. Il avait eu des éclairs de son talent de NBA, mais il ne l’avait pas tout rassemblé en un seul match. 

Puis, le 18 mai, contre Boulogne-Levallois, Doumbouya se réveilla. À l’intérieur de l’arène, qui compte 6 500 places assises, il a perdu 34 points et obtenu neuf rebonds tout en ajoutant une aide, un vol et un blocage. Doumbouya éblouie, effectuant des pauses rapides comme une gazelle traversant le Serengeti, se terminant sur le bord avec une touche de velours, offrant une irritation semblable à celle d’une guêpe et se rattachant à cinq tentatives en trois points.

À la suite de cette performance, presque tous les experts en projet (la plupart des Doumbouya ayant obtenu une note allant de 10 à 20) le plaçèrent rapidement au rang de grand choix de la loterie, tandis que de nombreux projets fictifs l’avaient fait sortir du tableau. Doumbouya a toutefois glissé vers les Pistons de Detroit avec le 15e choix dans le repêchage de la NBA le 20 juin. 

Après avoir disputé un match de Summer League à Detroit, Doumbouya n’a reçu que des minutes de temps perdu lors de la pré-saison, qui a débuté le 7 octobre et a duré cinq matchs, se terminant hier soir à Charlotte.

Le 18 mai, Sekou Doumbouya s’est réveillé.

Le 20 juin, son alarme s’est déclenchée. 

Le 7 octobre, Detroit a ouvert la porte et lui a dit que le petit-déjeuner était prêt.

Il reste maintenant moins d’une semaine avant le début des matchs de basket de la NBA de la saison régulière et Doumbouya est sur le point de se préparer pour sa première saison de NBA.

Le 23 octobre, Doumbouya se lèvera, prendra son petit-déjeuner et se rendra au gymnase.

Prendre le petit déjeuner et aller au gym

L’attente et le but de Sekou Doumbouya, comme de tous les débutants, sont de croître. Selon WebMD, les enfants et les adolescents doivent faire de l’exercice et recevoir de nombreux nutriments quotidiens dans le cadre de leur petit-déjeuner afin de favoriser leur croissance. Doumbouya va structurer le petit-déjeuner de sa carrière dans la NBA autour de cinq de ces nutriments: les fibres, le fer et les vitamines A, B et D.

Vitamine A: Acclimatation

Le thème principal de la campagne de recrue de Sekou Doumbouya sera de s’acclimater. Dans tous les sens du mot. Acclimaté à l’Amérique. Acclimaté à la NBA. Acclimaté au système de Dwane Casey. Il y a beaucoup à faire.

Doumbouya doit avant tout s’acclimater à sa nouvelle vie. Il doit y avoir une partie de la jeune homme de 18 ans qui est accablée d’avoir été emmenée dans une nouvelle ville dans un nouveau pays. Nouer des liens avec de nouveaux coéquipiers et apprendre une nouvelle langue pour qu’il puisse bien performer dans son nouveau travail. Tout dans sa vie doit se sentir si nouveau. 

Ed Stefanski, Dwane Casey et Cie savent que Doumbouya essaie de se connaître. C’est pourquoi on s’attend à ce qu’il soit traité avec beaucoup de délicatesse au début de la saison. Doumbouya doit s’adapter à la taille et à la vitesse du jeu de la NBA, tout en s’adaptant à la vie dans un nouveau pays et à son rôle dans le système Pistons. 

Compte tenu de la direction de l’équipe, Doumbouya ne jouera pas de temps de jeu significatif cette saison. Il n’ya pas assez d’horloge pour que le joueur de 18 ans gagne des minutes sur un alignement de la NBA qui épuisera ses options pour jouer au-delà d’avril.

De nombreux experts nationaux ont postulé que Doumbouya passerait la majeure partie de la saison à Grand Rapids à jouer pour la G-League Drive. Cependant, il est plus probable que Doumbouya passe une plus grande partie de son temps à s’habiller avec le club professionnel de Detroit. Au sein de l’organisation, il souhaite aider à l’incarner dans le style de vie de la NBA, à développer des relations avec ses coéquipiers et, par-dessus tout, à s’acclimater. 

Vitamine B: maniement du ballon

En observant les meilleurs moments du match de barrage de Doumbouya en France, le plus grand détracteur de tous les éléments positifs présentés sur le terrain était tout à fait évident: sa manipulation du ballon.

En raison de sa longue silhouette et de sa démarche herculéenne, Doumbouya a tendance à laisser son dribble échapper à son corps, ce qui lui fait perdre le contrôle de son drive et jouer au Yo-Yo avec le ballon, conservant souvent le ballon face à la concurrence internationale. Indépendamment de son apparence sur le film, sa poignée lâche va se déchirer (et a été plusieurs fois) déchirée contre la compétition de la NBA.

Doumbouya consacrera beaucoup d’attention aux exercices de coordination œil-main, au dribble et à l’étude du film afin de l’aider à mieux fonctionner avec le ballon dans les situations de match.

Au cours de l’année, Doumbouya travaillera à raccourcir la laisse de son copain Spalding.

Vitamine D: défense

Lorsque les dépisteurs ont initialement mis en place le puzzle qui constituait le profil du repêchage de Doumbouya, cet engouement a résulté de son athlétisme à cadre allongé et à tremplin. Les pronostiqueurs de la NBA ont cité ces deux facteurs lorsqu’ils se sont exprimés sur le potentiel de Doumbouya en tant que défenseur. À travers quatre matchs préparatoires, bien que les dons physiques soient là, il est clair que Doumbouya a besoin de temps pour progresser. 

En observant Doumbouya sur le terrain, deux choses deviennent évidentes: il est très jeune et il est très nouveau dans son environnement; où il ressemblait en France à une gazelle errant sur le Serengeti, à Détroit, il ressemblait davantage à un fauve lors d’un spectacle pyrotechnique.

La saison 2019-2020 sera axée sur l’étude des schémas et de l’espacement de la NBA et sur la gestion des instincts défensifs de haut niveau. Si Doumbouya peut comprendre et conserver les concepts défensifs lors de l’exécution des jeux dans lesquels il apparaît, son temps de jeu pourrait augmenter à mesure que l’année avance. 

Fibre: développer un tir

Le nylon est la fibre idéale dans un régime alimentaire de la NBA, et Doumbouya consacrera sa première saison à la production de la plus grande quantité possible de fibres. 

Le 18 mai, lors de la soirée de sortie de Doumbouya, une percée décisive a été sa portée, faisant couler cinq points à trois points. Le profil de draft de Doumbouya était plein de bonnes notes et louait son physique, mais il n’avait encore impressionné aucun éclaireur par son tir, au-delà de posséder une solide mécanique de tir. Avec sa performance, Doumbouya a donné corps à l’idée qu’il pourrait développer un tir fiable. Il a ensuite renoué avec la croyance extérieure à sa frappe lorsqu’il a tirè 16 tirs à trois points consécutifs lors d’un entraînement préliminaire à Dallas. Son tir doit encore être légèrement modifié, mais il est plus avancé que prévu. 

Les entraîneurs DJ Bakker et Jordan Brink, qui ont passé plusieurs semaines avec Doumbouya en France, vont favoriser le développement de son tir tout au long de la saison.

Développer un tir en jump shot est d’une importance primordiale, considérant les mesures de Doumbouya en accord avec son athlétisme. À 6’9″ avec une envergure de 6’11”, il doit être capable de couler la balle en profondeur et d’étirer le sol dans la NBA d’aujourd’hui. 

Fer à repasser

Enfin, Doumbouya aura besoin de sa juste part de fer. En règle générale, le fer n’est pas ce que les joueurs de la NBA veulent obtenir. Dans ce cas, Doumbouya utilisera cette saison pour se familiariser avec le fer à repasser. 

Il existe des preuves accablantes, sur papier et sur film, qui suggèrent que Doumbouya a un fort potentiel pour jouer au dessus du cercle. Avec ce pouvoir vient une grande responsabilité. 

Il y a beaucoup de joueurs de basket-ball de haut vol et ultra-sportifs dans la NBA. Il n’y a pas beaucoup de joueurs de basket-ball de haut vol, ultra-sportifs dans la NBA qui peuvent se battre en cas de congestion autour du bord et mettre systématiquement la balle dans le panier. Ceux qui peuvent obtenir les clés de l’infraction. 

Doumbouya a montré qu’il avait les mains douces et une propension aux finitions créatives. Pour le faire à ce niveau, il devra passer beaucoup de temps à travailler à huis clos (cela a porté ses fruits pour Bruce Brown).

Cette saison plus que tout autre, Doumbouya aura amplement le temps de développer un niveau de confort autour du fer et d’affiner son athlétisme et son toucher naturels. 

Attentes

Sekou Doumbouya n’aura pas l’occasion de donner des minutes significatives ou significatives cette saison. S’il y parvient, les Pistons, une équipe qui aspire à l’avantage du terrain à domicile lors du premier tour des séries éliminatoires, auront très mal tourné. 

On s’attend à ce que Doumbouya reste fidèle aux Pistons (non, pas à Drive) pendant la majeure partie de la saison, profitant de cette expérience pour s’habituer au voyage en NBA, à ses coéquipiers et à l’Amérique en général. 
Doumbouya ne verra certainement pas la parquet dans la plupart des jeux, et les jeux dans lesquels il enregistre ne seront probablement pas compétitifs.

Que Fox Sports Detroit diffuse ou non un aperçu de son potentiel d’un autre monde dans un match de cette saison, la part du lion de la croissance de Doumbouya ne se produira pas cette année sous les yeux d’une caméra.

IMAGES EN VEDETTE: Instagram | sekou_doumbouya_